KebaweThe HairyThe Lord Of The Rings - Wallpapers & GraphicsMike Oldfield - Tubular.netEgunero Bat - One Drawing A Day   
Welcome Graphics Comics Wallpapers Music Software About Kebawe's smilies: Smellies


Couverture d'Aizu

Interview originale (basque)

Interview aizu!

Lorsque Marko Armspach, dessinateur de BD n'est pas dans son jardin à Ustaritz (64), à travailler ses bonsais ou occuper à faire un énorme calin avec sa petite famille il dessine. Mais parfois il lui arrive de sortir de chez lui. Par exemple, en présentant au salon de Durango la toute derniere BD GArtxot réalisée avec Asisko Urmeneta et Jokin Larrea. La même histoire qui sort en épisode dans l'hebdomadaire Argia. D'un autre coté, il prépare la sortie du Tome 2 de l'Agence Barbare avec Olier aux éditions Bamboo. Pour l'interviewer nous nous sommes invités chez lui et plus précisément dans son atelier. Marko nous dévoile les va-et-vient entre sa table à dessin et son ordinateur à deux écrans ! Interviews : Nora Arbelbide. Photos: Amaia Zabalo.
 
Quelle place a le dessin en Pays Basque ?
 Il me semble que l'image est trés important en pays basque, on retrouve ce mode de communication sur tout support (affiche, autocollant, tee shirt, livres...etc... ) Un dessinateur peut travailler en pays basque, s'il le veut vraiment il aura de quoi s'occuper tous les jours. Mais dessiner est une chose et en faire son métier en est une autre. Le pas à franchir entre le militantisme (bénévol) et le travail professionel (payant) n'est pas aisé a réaliser. Ici, être militant est culturel. Cela fait longtemps que j'ai fait le choix du professionalisme.

Tu me dis qu'il est difficile d'être professionnel, pourquoi ?
C'est le dessin lui-même qui crée la difficulté. Trés souvent les gens croient qu'il nous est facile de dessiner, là sur le coin d'une table, rapidos !... oui l'effet donne cette impression, le dessin est effectivemeent réalisé en 2 secondes, mais derrieres ces 2 secondes il y a prés de  25 ans de travail. Et ce travail de tous les jours demande une attitude professionelle.

Les gens ne percoivent-ils, surement pas, le travail qui est derrier un dessin, tout simplemnt, non ?
Oui, et c'est souvent à cause de cela que l'étape de la valorisation (pécunière) est problématique. Les demandes bénévoles sont trés fréquentes, pour la culture. Mais pour maintenir une activité, on ne peut toujours travailler gratuitement. Je suis professionel est c'est tout. On ne pose pas la même question à un éditeur ou a un vendeur de cigarettes. Dessiner est un réel travail et on doit  le prendre comme tel, surtout en tenant compte de l'importance de l'image en pays basque... Mais dans l'ensemble c'est tout ce qui touche à la culture qui rencontre le même problème. Je continue de dessiner, un jour j'ai tout simplement décidé de ne plus travailler gratuitement. Je devrais m'arrêter sinon ! Je dessine pour vivre et acheter mon pain, comment pourrais-je faire si l'on ne me payait pas ? J'ai beaucoup de demande, et je travaille sans cesse, mais si je veux continuer les gens doivent comprendre que tout travail mérite salaire.

Combien d'heures travailles-tu ?
Tous les jours, avec un minimum de  8 heures. Mais ce chiffre est plus souvent proche de  10 a  11 heures ! C'est en fonction du travail à effectuer.
Pour une planche de BD, entre les croquis, le noir et la couleur il me faut  3 jours... dans le meilleur des cas. Les dates de remise du traavil se rapprochant je réduis à 2 jours la planche puis 1 jour à la fin !!
 
Comment se porte la BD en pays basque ?
Prête à grandir. La génération d'il y a 10 a  20 ans est maintenant mûre.

Un dessinateur de BD peut vivre en pays basque ?
Non, mais on est là. Tu ne gaganes pas ta vie en tant qu'auteur de BD, mais plus en tant qu'illustrateur !

Le monde de la BD est masculin, dirait-on. Lien de cause à effet, souvent les dames sont representées  : gros titi et large décolté. Qu'en penses tu ?
Oui c'est assez masculin comme monde ! Personnelemnt c'est souvent à deux fois que je suis obligé de m'y prendre avant de travailler, et surtout en illustration. Je pourrais, plus spontanément, sans y réflechir dessiner une chambre de mec ! Mais cela ne doit pas être comme ça ! Ce ne doit pas être ni celle d'un mac ni celle d'une nana, mais quelque chose entre les deux ! un peu des deux ! En ce qui concerne les décolté, oui c'est souvent comme ça ! A vrai dire il est trés facile de dessiner de gros titis à une nénette. Perso, je dessine les filles depuis trés peu de temps et j'ai tendance à les faire d'une manière trop classique. Mais c'est vrai que la demande est au décolté ! Une sombre histoire de nez, trop crochu et peu conforme me revient à l'esprit en moi et un éditeur. Au final j'ai sucré ce nez... trop typé !!
Il faut être conscient de l'importance des images que l'on véhicule. ensuite il faut dire aussi que nous jouons avec beucoup de clichés. On ne peut faire sans. Faut juste savoir où ils se trouvent et essayer de jouer avec  au mieux. C'est comme la perspective, mieux on la maitrise mieux on en en joue !

Le pays basque à ses clichés, non ?
Oui, Ramiro Arrue en est un. le fier basque devant ses boeufs avec son baton sur l'épaule. C'est quelquechose qui serait à prendre et a travailler, par exemple !
 
A une époque tu travaillais au Journal du Pays Basque, on ditça et là que l'humour et la critique se perdent, qu'en penses tu ?
A vrai dire, je lis très peu la presse !. Coté humour, je dirais qu'il faut que nous fasions notre autocritique. L'autodérision manque ici. La situation est grave et les sujets sont sensibles, en rire est trés difficile, masi il me semble qu'il faudrait savoir en rire parfois. certaines idées passent mieux par le rire !

C'est plus facile à dire qu'à faire  ?
Il faut essayer. Si ça ne passe pas... ben... ça ne passe pas, mais on aura essayé ! L'exemple de l'Agerri eguna (fête du peuple), chaque année c'est la même guerre et les mêmes problèmes, c'est un bon sujet à l'autodérision. J'ai essayer, mais n'est eu aucun retour, ni bon, ni mauvais. Il manque un effet critique de partout ! D'autres dessinateur le disent. Le monde est petit et les choses ne se disent pas... un jeu entre la communication et l'incommunication... de toute façon, l'humour est à travailler...

Pourquoi as-tu choisi le dessin ?
Pour vivre. Faire du dessin mon travil professionel est mon choix. Dés l'âge de 5 ans je desinner dans les coins de mes cahiers, et le jour o ù j'ai reçu une dédicace de Gaston Lagaffe, le choix définitif était fait (j'avais  11 ans). Un jour à une réunion entre mes profs et mes parents on m'a fait comprendre qu'il y avait des écoles spéciales pour des gugus comme moi : "Tu pourras dessiner du matin au soir, si tu veux !", j'ai filé aux beaux arts. Mais ça ne pouvais pas se dérouler si simplement, j'ai pas fini mon cursus au beaux arts et je suis parti travailler dans un studio de dessin animé sur Paris, sur la prod' Babar... J'ai monté mon premier atelier officiel à Ostabat, en 1991. J'y ai appris le basque.

Pourrais tu nous raconter la période de ta participation avec Debru Art et Napartheid ?
Débru Art est né vers1990 et plus précisement sur la cote, en labourd, nous avions notre local au gaztetxe (maison de jeune) de St Jean de Luz (64).Les dessinateurs restent souvent à travailler seuls dans leur coin, sans se rencontrer. Debru Art avait vocation de casser cet état et de créer une dynamique artistique, ce n'était plus un individu qui répondait mais un groupe. Nous avons fait, à cette époque beaucoup de performance pendant les concerts, apr exemple. J'ai participé à Napartheid, aussi, rassembler les dessinateur pour fusionner les forces. Je continue, en ce moment au sein du groupe Absurde, avec Asisko Urmeneta. Ce dernier au scénario et moi au dessin. Notre premier chantier fut la réalisation de la couverture et la BD du disque d' Oskorri, Mari Jane Kanta Zan !", Gartxot arrive ensuite. D'un autre coté je participe à un autre groupe ; KEBAWE, entre montréalais et autres suédois le tout sur internet.

Il n'existe plus ce genre de groupe en pays basque ?
 IL n'y a pas de groupe fort, non. Les essais n'ont pas été concluants. Il faut une tête, un chef, et on est tous pris à gauche ou à droite et ça devient de plus en plus dur d'en sortir....Quand à la relève, perso j'en vois pas. mais c'est surement parce que je sors pas assez ....

SANS REFLECHIR
Qu'est ce qui t'anime le matin ?
Me lever avec ma petite famille. Qu'est qui te met les nerfs ? Se curer les dents avec un bout de carton ! Qu'est ce qui te fait honte ? Se trimballer avec des sandalettes et des chausettes ! Qu'est ce qui t'es le plus dur à dessiner ? Les pieds. Ta source d'inspiration ? Tout. Le plus grand dessinateur ? Moebius. Meilleur souvenir ? Le calin que j'ai fais avec ma famille ce matin. Le plus mauvais ? Mon dernier rendez vous chez ma dentiste. Un livre ? Les Jardins d'Edena de Moebius. Une musique ou un groupe ? Mononc’Serge. Un film ? Le voyage de Chihiro.

 




Home | Graphics | Comics | Wallpapers | MP3 | Software | About/Contact | Email this page

Kebawe
© 2001-2017 Kebawe.